Le futur de l’architecture est dans les favelas de Bogotá

Il est facile de trouver dans les magazines, sur internet ou à la TV des informations sur des projets architecturaux ultramodernes, les technologies de pointe et les nouveaux matériaux. Dans toutes les villes de nouvelles constructions les utilisent. Mais c’est un tout autre champ de recherche et d’application que J’ai découvert ici à Bogotá grâce au Professeur Andres Sanchez Arias. J’ai été intrigué puis fasciné par son approche. Selon moi elle est riche d’enseignements quel que soit le domaine dans lequel vous évoluez.

Quelques projets en cours à l’Université Piloto

 

Des solutions durables et écologiques.

A mi-chemin entre sciences sociales et architecture il s’agit d’apprendre des méthodes de construction des habitants des favelas. En effet, en plus d’être adaptées et en harmonie avec le contexte géographique et culturel leurs pratiques intègrent beaucoup d’aspects  durables. Par exemple Ils ont des méthodes de construction artisanales, utilisent des matériaux locaux et optimisent l’espace. Les habitants de favelas ont construit eux même leurs maisons et construisent leurs infrastructures en fonction des besoins. Andres comme d’autres architectes malheureusement encore peu nombreux propose de prendre en compte ces pratiques pour proposer des solutions durables. Pour ce projet « d’architecture inverse » il a voyagé à travers le monde dans plusieurs bidonvilles pour apprendre, étudier et s’inspirer des techniques locales. :

 

C’est une approche extrêmement respectueuse des habitants qui plus est les inclus directement dans le processus de conception.

La favela de Cazuca

Andras m’a guidé dans la favela de Cazuca, ou environ 500 000 personnes vivent. C’est un univers complètement nouveau qui s’ouvrait à moi. Nous y avons rencontré Miguel, leader du projet communautaire projecto ESCAPE.

DSCF5955
De gauche à droite : Andres, Miguel et Jennifer une psychologue ayant également un projet à Cazuca

Les jeunes y sont encouragés à développer leurs talents musicaux et des groupes de gospel, hip hop ou rap s’y créent. Tout pour leur donner d’autres horizons que la drogue, la pauvreté ou la violence.

J’ai pu voir ici plusieurs projets de construction. Dont un centre civique construit de bambou. Comme beaucoup d’habitants de Cazuca viennent des zones rurales  ils ont importés leurs pratiques de cultures dans un contexte urbain. Leur savoir et expérience sont particulièrement précieux pour le développement de l’agriculture urbaine, sujet très à la mode en ce moment dans nos sociétés occidentales, nous trouvons en quelque sorte des précurseurs en la matière ici.

 

Andres participe ainsi à de nombreux projets tous très riches humainement parlant et comportant de vrais challenges tant d’un point de vue architectural que social. Si vous êtes intéressés pour en savoir plus ou même participer en tant que volontaire le réseau Urbz vous donnera un bon point d’entrée et de contact.

Publicités

Une réflexion sur “Le futur de l’architecture est dans les favelas de Bogotá

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s