Une nuit sur une île flottante avec le peuple de l’eau

Une région au climat inhospitalier.

Le climat autour du lac Titicaca est particulièrement inhospitalier. Une altitude moyenne de 3750 mètres, des températures annuelles inférieures à 10°C et très peu de pluie. Ca n’est franchement pas un endroit où l’on se verrait vivre.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

20170803_095444
Il y a aussi de très beaux paysages sur le lac Titicaca malgré l’aridité

 

Pourtant cette région est habitée depuis plus de 3700 ans. Plusieurs groupes ethniques vivaient ici bien avant l’arrivée des Espagnols au 16ème siècle. L’un d’eux, les Uros à une histoire ancienne et complexe.

Les Uros ont fait l’objet de beaucoup d’études anthropologiques et linguistiques1. Leur mode de vie si bien adapté au climat local est véritablement fascinant. La particularité des Uros est de vivre sur des îles flottantes qu’ils construisent eux même grâce entre autre au totora, sorte de jonc poussant dans le lac.

Excursion chez les hommes de l’eau

Par le passé ils s’appelaient eux même « Quas Qut Suñi » qui veut dire hommes de l’eau. Depuis une quinzaine d’année ils sont particulièrement accessibles au tourisme et une bonne part de leur revenu en découle. Depuis la ville de Puno au bord du lac Titicaca tous les tours opérateurs proposent des excursions rapides sur ces îles à coût modique. Dans ces conditions l’expérience ne peut pas être aussi authentique que celle que nous avons vécue chez les Borucas au Costa Rica.

Pour une meilleure expérience, la meilleure option que nous  avons trouvée fut de passer une nuit sur l’île de Cristina Suaña Coila et son mari Victor Vilca. Nous avons ainsi pu découvrir d’un peu plus près la manière de vivre des Uros. Ce fut un séjour des plus plaisant et reposant. Cette option, en plus d’être plus authentique, a le mérite de profiter directement à la communauté Uros ce qui n’est pas le cas des tours organisés par les grandes agences de Puno.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons pu voir un peu les techniques de pêche et l’utilisation de la totora

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les costumes traditionnels (portés par et pour les touristes).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Références:

1  The genetic history of indigenous populations of the Peruvian and Bolivian Altiplano: the legacy of the Uros. Sandoval JR, Lacerda DR, Jota MS, Salazar-Granara A, Vieira PP, Acosta O, Cuellar C, Revollo S, Fujita R, Santos FR; Genographic Project Consortium. PLoS One. 2013 Sep 11.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s