Scientifiques des pays en développement et derniers dauphins du Laos

Ce mois-ci, nous avons voyagé le long du Mékong au Laos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est un changement culturel important pour nous après l’Amérique du Sud et la Nouvelle-Zélande principalement parce que, pour la première fois au cours de ce voyage, je ne peux pas parler dans la langue locale. Avec ce nouveau pays c’est un nouveau monde qui s’ouvre à nous en termes d’histoire, de religion, de paysages et bien sûr de science.

Picture8

L’importance de promouvoir le travail des scientifiques des pays en développement

Au fur et à mesure de ce voyage au Laos, l’un des pays les plus pauvres du monde, je réalise avec plus de force le manque de reconnaissance de la contribution scientifique des chercheurs des pays en développement. Un terme large pour regrouper ces pays à travers l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Asie qui ont enduré le colonialisme et luttent maintenant pour améliorer leurs économies.

Picture10

Des découvertes scientifiques fascinantes proviennent sans cesse de ces pays. De la découverte des fossiles de dinosaures en Bolivie, au virus Zika, en passant par la recherche nucléaire au Brésil (pardon à la chercheuse interviewée de ne pas avoir publié l’article), les approches innovantes en architecture en Colombie, les études de chauves-souris au Costa Rica, tous les domaines peuvent être facilement couverts. Pourtant, les chercheurs crédités dans les journaux scientifiques proviennent principalement des pays « occidentaux ». Il existe des préjugés avérés à l’encontre des chercheurs travaillant dans des pays plus pauvres. Afin de réduire ces préjugés c’est tout un travail de communication qui doit être effectué par les chercheurs, les journalistes et les agences de financement.

Quand les chercheurs locaux sont essentiels pour les chercheurs occidentaux

Au cours de notre voyage au Laos, nous avons eu l’occasion d’observer 2 dauphins d’Irrawaddy.

DSCF3651

Ce fut une rencontre magique dans des paysages vraiment incroyables.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Malheureusement, ces dauphins sont en danger critique d’extinction. Ils appartiennent à l’espèce de mammifère la plus menacée au monde. Le reste de la population de dauphins d’Irrawaddy qui habite le fleuve Mékong du sud du Laos et du nord du Cambodge est en danger à cause des activités touristiques, de la pollution, de la pêche et de la construction de barrages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les estimations récentes de la population comptent moins de 100 individus dans ces régions. Une recherche récente sur ce dauphin évalue leur diversité génétique et suggère des approches pour sauver cette population. Ce travail a été rendu possible grâce à l’aide des autochtones et la participation active des chercheurs locaux pour l’échantillonnage et l’étude.

Les derniers dauphins du Laos

En quoi la réduction de l’écart de visibilité entre chercheurs serait bénéfique à tous ? Les perspectives de l’étude sur le dauphin du Mékong sont pessimistes. D’énormes changements sont nécessaires pour avoir une petite chance de sauver le dauphin du Mékong. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, l’importance de donner plus de poids aux chercheurs locaux leur permettrait d’être plus écoutés et reconnus dans leur propre pays. Cela augmenterait le crédit que l’on accorde à leurs conseils en termes de gestion locale. Souvent, les intérêts économiques immédiats l’emportent sur les arguments écologiques, surtout s’ils viennent de l’ouest. En effet, les stigmates de la colonisation sont encore présents et une certaine méfiance voir défi des anciennes puissances coloniales est naturel. Dans le cas du dauphin du Mékong, les conseils des chercheurs Laotiens ou  Cambodgiens seraient peut-être plus pris en considération que ceux des étrangers se serait-ce qu’en s’affranchissant de la barrière de la langue.

PictureA

Publicités

Une réflexion sur “Scientifiques des pays en développement et derniers dauphins du Laos

  1. Salut Yannick,

    Heureuse de voir que ton projet prend une forme aussi engagée, merci pour le partage! C’est agréable à lire, concret, et pour ne rien gâcher tes photos sont super.

    Revenez-nous en un seul morceau !

    Becs,

    Alexandra (Penny Calgary haha)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s